entreprises en difficulté

L’anticipation est bien souvent le maître-mot d’une restructuration réussie. Plusieurs signaux d’alerte peuvent être identifiés par le chef d’entreprise comme révélateurs d’une situation délicate risquant d’engendrer de réelles difficultés. Parmi ces signaux, trois nous semblent importants à percevoir : la situation de la trésorerie, la rentabilité de l’activité et l’absence d’investissements.

Le nerf de la guerre, c’est la trésorerie. Bien souvent, les entreprises ne disposent pas des outils analytiques suffisant pour anticiper leur consommation de cash. De ce fait, l’augmentation des délais de paiement pour régler les fournisseurs ou encore la sur-utilisation des mécanismes de mobilisation des actifs sont des mauvais signaux qui doivent alerter le dirigeant. Par conséquent, il est indispensable de mettre en place des outils de pilotage de la trésorerie, afin d’avoir plusieurs semaines de visibilité pour être en mesure d’anticiper le plus en amont possible des difficultés passagères de trésorerie.

Il est bon d’avoir un carnet de commandes plein, générateur de chiffre d’affaires. Il est surtout indispensable de s’assurer que ce chiffre d’affaires est rentable. Une activité qui génère des marges trop faibles ou même des pertes doit être un élément d’alerte suffisant pour enclencher une remise en question de son organisation, de sa structure de coûts, de ses charges et de la viabilité économique l’activité en question. Ce faisant, la mise en place d’outils de contrôle permettant d’analyser la structure de marge de chaque produit est indispensable. Il peut même être préférable de baisser le niveau du chiffre d’affaires, réduire les coûts, pour ne conserver que le chiffre d’affaires rentable.

Que dire enfin d’une entreprise qui ralentit ses investissements ? Investir, innover, c’est s’inscrire dans une réelle vision stratégique en tenant compte des évolutions de son environnement. Par conséquent, une entreprise qui n’investit pas est potentiellement une entreprise qui aura des difficultés à rivaliser avec une concurrence à la pointe des dernières innovations et qui prendra du retard, impactant nécessairement sa situation financière. Ce que l’entreprise gagne à court terme, elle le perd à moyen et à long terme.

Ainsi, anticipation de la trésorerie, analyse des marges et maintien des investissements sont trois signaux qui doivent être identifiés pour alerter le dirigeant des difficultés à venir. Ne pas les identifier, c’est prendre le risque d’entrer dans un engrenage qui peut compromettre la pérennité de l’entreprise.

Par Bastien de Breuvand

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*