Valrupt Industries

La nouvelle est tombée hier, comme un coup de massue pour l’entreprise de jeans 1083, seul candidat en lice ayant inclut dans son périmètre de reprise les activités de tissage et de filature.

Le Tribunal a finalement jeté son dévolu sur l’offre de Cote d’Amour.

L’offre de 1083 ne manquait pourtant pas d’intérêts, mieux-disante socialement, elle avait le soutien des salariés et favorisait le made in France. Une vague de soutien dans l’écosystème du made in France s’était d’ailleurs largement manifestée en sa faveur, ce qui n’influença guère la décision du Tribunal.

Une décision qui passe mal chez 1083 qui en appel ce matin, via son compte facebook, au Procureur de la république, afin qu’il interjette appel de la décision.

1083 indique également reprendre les négociations avec le repreneur Cote d’Amour afin d’essayer d’obtenir la surface minimum des bâtiments qui leur permettrait de reprendre et redévelopper l’activité de tissage et de filature (qui pour rappel ne fait pas partie de l’offre de Cote d’Amour). L’hypothèse d’une offre combinée entre les deux candidats avait d’ailleurs eu la faveur de l’administrateur judiciaire et du mandataire judiciaire de Valrupt Industries.

Par Cyprien de Girval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.