Statistiques

Le nombre des défaillances d’entreprises recule fortement et retrouve son niveau d’avant crise. Un total de 10.501 procédures ont été enregistrées au 3ème trimestre 2019, soit un recul de 4,8% par rapport à 2018, dénombre la société Altares. Néanmoins, 2.350 emplois en plus seraient menacés par des défaillances d’entreprises.

Cette amélioration est visible dans presque tous les secteurs, aussi bien le bâtiment, le commerce, l’industrie, les services aux entreprises et aux personnes que dans la restauration. Au contraire, les secteurs du transport routier de marchandises et de l’informatique ont connu une hausse de la sinistralité l’an passé.

Le nombre de défaillances d’entreprises au 3ème trimestre n’est jamais retombé sous le seuil des 10.000 procédures depuis 2006 (9.907 jugements), mais l’été 2019 s’en approche de près. C’est même le meilleur 3ème trimestre depuis 2007, qui dénombrait 10.305 procédures.

Un fort recul des procédures de liquidation judiciaire

La procédure de redressement judiciaire est en fort recul (- 12,2%). Il faut cependant rappeler que les chiffres de l’année 2018 ont été faussés par une extension de procédure d’une exceptionnelle ampleur puisque le Tribunal Mixte de commerce de Saint Denis de la Réunion a prononcé l’ouverture de 348 redressements judiciaires au mois d’août 2018. En 2019, la baisse réelle des procédures de redressement judiciaire serait toutefois de 2,6% par rapport à 2018.

Concernant les procédures de sauvegarde, à peine plus de 200 jugements ont été enregistrés sur la période, soit moins de 2% de l’ensemble des procédures collectives.

C’est du côté des liquidations judiciaires que la baisse est la plus marquée puisqu’on dénombre 8% de liquidations judiciaires de moins qu’au 3ème trimestre 2018.

Le tiers des emplois menacés se concentre sur les seules défaillances de PME de plus de 50 salariés

Durant l’été 2014, 13.400 défaillances ont été dénombrées menaçant près de 56.400 emplois. En 2018, il y a 3.000 défaillances de moins et plus de 19.000 emplois épargnés. Cependant, en 2019, alors même que l’on dénombre une baisse de plus d’un millier de procédures, 2.350 emplois de plus sont menacés par des défaillances d’entreprises par rapport au 3ème trimestre 2018.

Comme le relève Thierry Million, directeur des études Altares, la sinistralité des PME de plus de 50 salariés est en hausse (+30%). En effet, « les trois-quarts des jugements concernent les micro-entreprises de moins de trois salariés, mais que 73 sociétés de plus de 50 salariés sont également passées devant le tribunal ce trimestre, soit plus d’une défaillance de grandes PME enregistrée chaque jour ouvré. Cette accélération de la sinistralité des PME pèse lourdement sur l’emploi. Près de 37.300 emplois sont ainsi menacés, parfois déjà perdus, c’est 2.350 de plus par rapport à l’été 2018. »

Les difficultés des PME se concentrent majoritairement dans l’industrie manufacturière. Certaines font face à des problématiques de transformation liée au développement durable, dans l’automobile par exemple.

Par Pauline Vigneron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.