Ce mardi, le 29 juin 2021, s’est tenue une journée de soutenance des étudiants du « Business Game » du Master 2 Administration et Liquidation des Entreprises en Difficulté (ALED) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne dirigée par François-Xavier Lucas. Plus connu sous le nom du DU en chantier (DUCH), fondé par Hélène Bourbouloux, administrateur judiciaire chez FHB, et Cédric Colaert, associé chez Eight Advisory, il a été animé pendant 10 ans par ces derniers qui passent cette année le relais à Charlotte Fort, administrateur judiciaire chez FHB, Jérôme Allais, mandataire judiciaire tandis que Sari Maalouf et Paul Lederlin, associés Eight Advisory, demeurent les garants du chiffre dans l’équipe pédagogique. Comme tous les ans, le jury final s’est déroulé sous les yeux bienveillants de Robert Papin, fondateur de HEC-Entrepreneurs et parrain de cœur du DUCH. Il est le fondateur de ce module de pédagogie active déclinée auprès des étudiants de l’université. Pour l’occasion, un jury prestigieux s’est réuni pendant une demi-journée chez FHB afin d’évaluer des étudiants et leur faire des retours précis sur leurs travaux. Ces étudiants vont bientôt remplir les rangs des meilleurs cabinets d’avocats, d’audit et études d’administrateurs et mandataires judiciaires de la place.

Créé il y a 12 ans par l’Institut d’Études Judiciaires Jean Domat de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le Master 2 Administration et Liquidation des Entreprises en Difficulté (ALED) est une formation qui constitue l’une des deux voies d’accès aux professions réglementées d’administrateurs et de mandataires judiciaires, en exemptant, en vertu de la loi Macron du 6 août 2015, les étudiants de passer l’examen d’accès à ces professions. Dirigée par le professeur François-Xavier Lucas, qui fait intervenir chaque année des professionnels de premier plan, cette formation privilégie la maîtrise des techniques juridiques du droit civil fondamental et du droit des affaires tout en assurant une présentation de la pratique dans une perspective résolument professionnelle. En cela, elle a également pour objectif de former à la profession d’avocat, ainsi qu’à l’ensemble des métiers du retournement (banquiers d’affaires spéciales, auditeurs, etc).

Après un an de pause subie liée à la Covid-19, le DUCH a fait son retour pour sa 11ème session. En début d’année, les étudiants intéressés doivent envoyer leur CV et une lettre de motivation pour pouvoir participer au DUCH qui se déroule en général d’avril à juin (10 semaines). Les étudiants ainsi sélectionnés vont ensuite pouvoir plancher pendant plusieurs semaines, en équipe, sur un véritable dossier sélectionné par leur tuteur, composé cette année de Cécile Dür, administrateur judiciaire chez FHB, Florence Westermann, associé chez Accuracy, Alicia Alves, administrateur judiciaire chez FHB, Aurélia Perdereau, administrateur judiciaire chez Thevenot Partners et enfin Philippe Jeannerot et Paul-Henri Audras, tous deux administrateurs judiciaires chez AJRS. Les tuteurs sont ceux sans qui rien ne serait possible puisqu’ils fournissent la matière plus ou moins brute dont devront s’extirper les étudiants au fil des 10 semaines qui leur sont octroyées pour bâtir une solution de sortie de crise.

Répartis en équipes composées de 3 étudiants, de manière aléatoire, les étudiants sélectionnés (ie Mélanie Le Clech, Ilona Bouchery, Constance Duruy, Jean Chappuis, Clément Menard, Klara Oubrerie, Blandine Gouffier, Arthur Guiot-Dorel, Clara Horlance, Mathilde Boucherit, Ivan Chugunov, Maxime Durupt, Emma Pinar Turgut, Aurélien Roine et Romane Holsnyder) ne choisissent ni leur tuteur, ni leur cas et disposent d’un accès à l’information variable, comme dans la vraie vie. Certains n’ont pas eu accès à l’entreprise ou au dirigeant ou conseils de cette dernière, d’autre ont eu un accès très large aux acteurs du dossier. À l’issue de leur travail de 10 semaines, donnant lieu chaque jeudi soir ou vendredi matin à d’interminables bilans intermédiaires où chaque groupe présente ses travaux de la semaine à l’équipe encadrante (Jérôme Allais, Charlotte Fort, Paul Lederlin, Sari Maafouf), les étudiants construisent peu à peu ce qui sera leur présentation finale au grand jury. En parallèle ils doivent également construire un rapport en tout point équivalent à celui qui serait soumis par l’administrateur judiciaire à la juridiction le jour de l’examen du plan présenté dans le dossier.

Cette année, les jurys d’une quinzaine de membres ont examiné les 5 équipes. Composés de juges, avocats, administrateurs et mandataires judiciaires, chefs d’entreprises, représentants de l’État, élus locaux, universitaires, etc., les jurys ont un rôle essentiel. La perspective de défendre leur cas devant des professionnels émérites pousse chaque année les étudiants à se dépasser en espérant faire honneur à leur diplôme et leur auditoire. En effet, les membres du jury doivent alors apprécier le travail des équipes d’étudiants et leur présentation d’un cas d’entreprises en difficulté réel, en jugeant de la qualité du diagnostic établi et de la présentation d’une solution de sortie de crise challengée et réaliste.

Pour cette 11ème session du DUCH, les deux jurys respectivement présidés par Jacques Fineschi (Président du Tribunal de commerce de Nanterre) et Thierry Gardon (Président du Tribunal de commerce de Lyon), étaient composés de Stephen Almaseanu (Vice Procureur au Parquet de Paris), Alexandra Bigot (Avocat associé chez Latham & Watkins), Walter Butler (Président de Butler Industries), Pierre-François Catté (Président de CPI), Ségolène Coiffet (Avocat associé chez De Pardieu Brocas Maffei), Gaël Couturier (Administrateur judiciaire chez FHB), Cyprien de Girval (Mayday), Anne Delafontaine (Banque Populaire), Louis Dreyfus (Le Monde),François Dupuy (Avocat associé chez Hadengue), Jean-Pierre Farges (Avocat associé chez Gibson Dunn), , Théophile Fornacciari (Administrateur judiciaire chez FHB), Cédric Garcin (Secrétaire Général du CIRI), Romain Grau (Député – Président de la mission d’information sur les entreprises en difficulté), Yann Guezennec (Altays), Fabienne Hellmann (Responsable des affaires spéciales à la Caisse d’Épargne), Laurent Jourdan (Avocat chez Racine), Vincent Lardoux (Président de chambre du Tribunal de commerce de Nanterre), Valérie Leloup-Thomas (Mandataire judiciaire chez MJA), François-Xavier Lucas (Professeur et directeur du Master 2), Louis Margueritte (Directeur du cabinet d’Alain Griset, Ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Petites et Moyennes Entreprises), Robert Papin (Professeur à HEC), Véronique Pernin (Présidente chez VP STRAT), Xavier Roy-Contancin (Arc)et Stéphane Woog (Woog & Associés).

Les étudiants ont impressionné les membres des jurys par la connaissance précise de leur dossier mais également la qualité de leur restitution. Après chaque passage, les groupes d’étudiants ont bénéficié des retours détaillés et concertés des membres des jurys. En fin de journée, les présidents Jacques Fineschi et Thierry Gardon ont annoncé les notes octroyées par les jurys, en adressant aux étudiants de chaleureuses félicitations et encouragements pour la suite de leur parcours professionnel, en appelant de leurs vœux qu’un jour, à leur tour, les étudiants aient à cœur de transmettre pour former les générations suivantes.

Par Caroline de Bonville

Article précédent
Deloitte finance

#Interview : Deloitte Restructuring : Jean-Pascal Beauchamp, Cédric Joubert, Elena Rozenko, commentent l’étude Deloitte Altares sur l’entreprise en difficulté en France en 2020  intitulée « des entreprises asymptomatiques face à la pandémie ? »

Lire l'Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.