Mayday lance, le 5 octobre prochain à 8h30, son cycle Mayday learning avec une première conférence sur le thème « Blockchain et restructuring ». Pour y répondre, Fabien Aufrechter, Head of Havas Blockchain, interviendra aux côtés de Charlotte Fort, Administrateur judiciaire associée, FHB, Cédric Dubucq, Avocat associé, Bruzzo Dubucq, Florent Berckmans, Associé Eight Advisory et Cyprien de Girval, Président Mayday. L’occasion d’évoquer les enjeux de la matinée.

Mayday : Pourriez-vous vous présenter et présenter votre activité ?

Fabien Aufrechter : Je suis Directeur d’Havas Sovereign Tech au sein du Groupe Havas. J’accompagne des Gouvernements et entreprises dans leurs enjeux relatifs aux nouvelles technologies : incubation, levées de fonds, conseil en stratégie, développement technologique et communication globale. Notre offre Havas blockchain cible plus spécifiquement les acteurs désirant s’approprier les technologies blockchain pour développer leurs business ou structurer des opérations.

Mayday : La blockchain et les cryptomonnaies sont basées sur une technologie que l’on dit révolutionnaire. En quoi et comment peuvent-elles révolutionner la vie des affaires ? 

FA : Il faut bien différencier les deux concepts. La blockchain est une technologie qui de manière décentralisée, certifie, authentifie et trace en transparence. Par conséquent, elle est un véritable catalyseur de business parce qu’elle constitue ni plus ni moins une « machine à créer la confiance ». Pour ce qui est des crypto-monnaies, il en existe de plusieurs sortes (stables, volatiles, NFT, etc) mais de manière générale, il s’agit d’une révolution monétaire (avec des monnaies privées d’envergures mondiales, des monnaies 100% décentralisées…) mais surtout, il s’agit d’un outil qui permet de donner une force inouïe aux communautés ; qui leurs donnent leurs valeurs. Les crypto-monnaies vont transformer la manière de penser la data (en remplaçant les cookies publicitaires, en transformant la manière de penser la valeur…) et vont faire évoluer notre manière de penser la finance. C’est donc l’une des plus grandes révolutions encore à venir du monde des affaires !

Mayday : Les entreprises françaises se sont-elles emparées de ce marché ? Pourriez-vous nous dire quelles sont les principales utilisations de la blockchain et s’agissant de la crypto-monnaie quelles sont les initiatives qui ont marqué ces derniers mois ?

FA : De Carrefour à Bolloré Logistics en passant par Orange ou Société Générale : les entreprises françaises se sont emparées de la technologie blockchain parce qu’elles y ont vu leurs intérêts business pour des enjeux de traçabilité (supply chain, etc), de transparence (machines à voter décentralisées, etc) ou notamment de sécurité. Pour ce qui est des crypto-monnaies, le chemin à parcourir est plus long d’abord parce que le cadre réglementaire français n’est pas encore 100% là même s’il demeure l’un des plus avancés. Certaines entreprises sont très en avance, qu’il s’agisse de banques ou à l’étranger de GAFA comme Facebook (avec Diem ; Libra). Mais la plupart sont surtout en phase d’étude avec des lancements à venir dans les prochaines années. Ces derniers mois, c’est la vague des NFT (des « cartes panini digitalisées ») qui a marqué les esprit et réalisé des records de vente. Les prochaines années seront sans doute l’essor des crypto-monnaies nationales et d’entreprises : mais l’avenir reste encore sans doute plein de surprise !

Propos recueillis par Cyprien de Girval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.