Constance Verroust-Valliot s’associe au cabinet d’avocats Tosca. Elle rejoint Catherine Leclercq, avocate spécialisée en contentieux des affaires et Laure Tric, une pénaliste reconnue, pour y développer la pratique restructuring du cabinet parisien. Ensemble, le trio qui s’apprête à accueillir prochainement une nouvelle associée en droit social, ambitionne le développement d’un cabinet reposant sur les valeurs humaines d’un métier ancestral parfaitement ancré dans le 21ème siècle.

Après avoir fait ses premières armes en 1992 chez des administrateurs judiciaires, Constance Verroust-Valliot intègre trois ans plus tard la Société Générale pour y structurer le département « affaires spéciales ». Dès lors, actrice d’une profession qui se structure, elle prend part à la majeure partie des dossiers de place de l’époque et pendant 15 ans se forge une connaissance intime du restructuring et de son écosystème.

Entre expérience, humilité et engagement

C’est en 2016, barreau en poche, qu’elle rejoint le cabinet Brunswick et partage son temps entre le contentieux aux côtés du fondateur éponyme du cabinet et le restructuring aux côtés de Serge Pelletier qu’elle suivra en 2019 pour la création du cabinet au nom évocateur, Rescue.

Début 2021 elle poursuit l’aventure et rejoint Tosca et ses associées « qui me ressemblent dans leur manière d’appréhender l’exercice du métier d’avocat et avec qui nous partageons les mêmes valeurs et une même vision ». C’est aussi une équipe aux compétences complémentaires qu’elle rejoint puisque vont cohabiter le restructuring, le conseil et contentieux des affaires, le pénal et bientôt le social.

Le judiciaire comme un opéra

Si le cabinet, fondé par Catherine Leclercq et Laure Tric, semble taillé pour les combats judiciaires, il est parfaitement dans son élément en négociation. Reprenant à son compte l’adage balzacien « un mauvais arrangement, vaut mieux qu’un bon procès », l’équipe est à la pointe en matière de mode alternatif de règlement des conflits et de médiation.

Empruntant le nom d’un opéra italien, Tosca c’est la vision d’un avocat chef d’orchestre qui cherche une solution où tout le monde gagne. Et pour cause, le « judiciaire c’est comme un opéra » confie l’avocate, « ce sont des voix discordantes qu’il faut concilier pour faire une belle musique » poursuit-elle.

Intervenant aux côtés des entrepreneurs et des banques, comme dans le dossier 5 à Sec conduit sous la bannière Rescue, Constance Verroust-Valliot fait du restructuring à 360° en amiable et judiciaire, comme en contentieux. Expérimentée et engagée, l’avocate membre de l’Association du Retournement des Entreprises (ARE) et des Women In Restructuring (WiR) vient de prendre son envol et n’a pas fini de faire parler d’elle.

Par Cyprien de Girval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.