diva salon

Par jugement du 1er octobre 2020, le Tribunal de commerce de Paris a arrêté le plan de cession des actifs et activités de la société Diva Salon, spécialisée dans la fabrication de sièges d’ameublement d’intérieur, au profit de la société Market Maker.

La société Diva Salon, basée à Roanne, fabrique des canapés et salons d’intérieur sous les marques « Diva » et « Steiner », et employait à l’ouverture de la procédure 123 salariés. Riche d’un savoir-faire de plus de 50 ans, cette entreprise est aujourd’hui le leader français du canapé convertible. Diva Salon est une filiale détenue à 100% par la société Adova Group, entreprise française comptant parmi les leaders européens de la fabrication de literie, regroupant notamment les marques Dunlopillo, Simmons ou Tréca.

Les difficultés de la société Diva Salon sont liées à celles du groupe Adova, qui compte six autres sociétés en France. En effet, depuis 2016, ce groupe rencontre des difficultés à accéder à des financements d’exploitation usuels (financement bancaire et assurance-crédit). Par ailleurs, au cours de l’exercice 2018 et 2019, Adova a notamment dû faire face au mouvement social lié à la crise des Gilets Jaunes, qui a fortement impacté son activité. La survenance de la crise sanitaire liée au Covid-19 a entrainé un arrêt total de l’activité d’Adova Group et de ses filiales et ce, pendant toute la durée du confinement. Les résultats des sociétés du groupe et notamment ceux de Diva Salon ont été fortement impactés du fait de l’absence de chiffre d’affaires sur presque un trimestre.

Par jugement du 16 juin 2020, le Tribunal de commerce de Paris a ouvert un redressement judiciaire à l’égard de la société Diva Salon et a désigné les études Solve et AJ Partenaires en qualité d’administrateurs judiciaires et les études MJA et Berthelot en qualité de mandataires judiciaires.

Un appel d’offre a été initié en vue de trouver un repreneur, au terme duquel trois candidats repreneurs ont formulé une offre.

L’un des candidats, Jacques Schaffnit, ancien Président du groupe Adova, n’a pu aller au bout de son offre, faute de financement.

Les deux autres offres finales émanaient des candidats suivants :

  • La société P3G Participation, proposant la reprise de 62 salariés et un prix de cession de 205.502 € ;

  • La société Market Maker, proposant la reprise de 63 salariés pour un prix de cession de 515.502 €.

Par jugement du 1er octobre 2020, le Tribunal de commerce de Paris a arrêté le plan de cession des actifs et activités de la société Diva Salon en faveur de la société Market Maker, spécialisée dans la distribution des produits brun et blanc, de l’objet publicitaire et du mobilier notamment d’assise (canapés, fauteuils) et, réalisant près de 130 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Le repreneur Market Maker reprend ainsi la totalité des éléments corporels et incorporels et les droits d’exploitations, ainsi que la totalité des stocks et les participations détenues par la société Diva Salon à 99% dans le capital social des sociétés SCI boulevard de la Poterie et SCI rue Pierre Maillot. Par ailleurs le repreneur indique que cette reprise lui permettra de rapatrier sa propre production en France et de remonter rapidement l’effectif de la société à plus de 100 personnes.

La société Diva Salon était accompagnée par les études Solve (Jonathan El Baze et Hélène Charpentier) et AJ Partenaires (Bruno Sapin, Ludivine Sapin et Didier Lapierre) en qualité d’administrateurs judiciaires et les études MJA (Frédérique Lévy) et Berthelot (Geoffroy Berthelot) en qualité de mandataires judiciaires.

La société Diva Salon était conseillée par le cabinet Dentons (Audrey Molina).

Le repreneur Market Maker était conseillé par le cabinet Seigle Barrié et Associés (Aurélien Barrié).

Le candidat à la reprise P3G Participations était représenté par le cabinet Marvell (Philippe Berteaux).

Par Agathe Caquineau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.