Manurhin

La situation semble bouger pour Manhurin puisque l’Etat s’engage à soutenir l’entreprise. En procédure de sauvegarde depuis juin 2017, il lui reste six semaines pour trouver une solution qui lui permette de surmonter ses difficultés et relancer son activité.

Le leader mondial des machines de cartoucherie de petit calibre installé à Mulhouse et rassemblant 170 salariés se trouve quelque peu paralysé par la présence de son actionnaire slovaque, Delta Defence, qui refuse d’indiquer aux pouvoirs publics français l’identité de ses actionnaires finaux. Une situation qui semble expliquer le refus des banques de participer au financement de Manurhin.

Le dirigeant de l’entreprise, Rémy Thannberger, aidé du député LREM Bruno Fuchs s’est alors lancé dans une opération visant à convaincre les pouvoirs publics de s’impliquer dans le dossier. Après avoir mobilisés Bruno Le Maire et Emmanuel Macron, l’entreprise a obtenu un engagement de la présidence de la République qui mettra tout en œuvre pour trouver une solution pérenne.

Bercy a désormais le dossier entre les mains et Jean-Pierre Floris, délégué interministériel aux restructurations d’entreprises s’implique personnellement dans les échanges avec les repreneurs potentiels.

Par Bastien de Breuvand

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.