Goodwin Procter

Le mercato des avocats en restructuring continue de battre son plein. Au tour de Céline Domenget Morin de quitter la place Vendôme pour s’installer au 12 rue d’Astorg. Quelques semaines seulement après le recrutement de Sarah Fleury, en immobilier, Goodwin annonce ainsi la création d’un département restructuring avec l’une des avocates les plus en vue de la nouvelle génération. Cette dernière, qui porte à 13 le nombre d’associés, vient accompagnée de deux collaborateurs seniors, Marie Gicquel et Bruno Pousset, et d’une collaboratrice junior Emilie Cobigo.

Le cabinet d’affaires créé à Boston en 1912 est aujourd’hui composé de plus de 1000 avocats répartis au sein de 11 bureaux aux Etats-Unis (Boston, Los Angeles, New York, San Francisco, Silicon Valley, Washington DC, Santa Monica), en Europe (Francfort, Londres, Paris) et en Asie (Hong Kong).

En France, après s’être implanté en juillet 2016 avec une équipe de premier plan en private equity et création de fonds en provenance de KWM, le cabinet peut aujourd’hui compter sur l’implication de 55 avocats et ambitionne de prendre une place majeure sur l’ensemble des opérations de haut de bilan complexes.

Maxence Bloch, Managing Partner du bureau de Paris, se félicite de l’arrivée de Céline Domenget-Morin qui « apparait aujourd’hui comme une évidence dans la stratégie de déploiement de l’offre du cabinet en France et à l’international », une évidence qu’il voit comme « un accélérateur de développement de Goodwin à Paris ».

De son côté, Céline Domenget Morin, « séduite par le projet entrepreneurial proposé », la qualité de la plateforme internationale et « les expertises de premier plan en private equity et en financement », fait partie, à 42 ans, de cette nouvelle génération d’avocats spécialisés en retournement que le marché regarde avec attention. Rompue aux situations spéciales, elle est très à l’aise dans un environnement international et dispose d’une parfaite compréhension des enjeux économiques et financiers. Elle peut intervenir en représentation de prêteurs, de débiteurs et de repreneurs, dans un cadre amiable comme judiciaire.

Membre du bureau de l’ARE (Association pour le Retournement des Entreprises), co-présidente de la commission capital retournement de France Invest, elle a débuté sa carrière en 2001 au sein de la banque Lazard en qualité d’analyste financier. En 2004 elle rejoint le cabinet Veil Jourde et participe en 2006 à la création du cabinet Brémond & Associés au sein duquel elle est promue associée (2008). Depuis 2013, elle avait rejoint White & Case pour y conduire la pratique restructuring.

Céline Domenget-Morin vient accompagnée de trois collaborateurs : Marie Gicquel (DU Entreprises en difficulté de Paris 1 Panthéon Sorbonne), membre fondateur de l’Association des Jeunes Professionnels du Restructuring (AJR) qui l’a rejoint en janvier 2017 après avoir travaillé aux côtés de Maurice Lantourne à partir 2012, chez Willkie Farr puis chez Lantourne & Associés, Bruno Pousset (DJCE Rennes, London School of Economics) également membre de l’AJR, qui l’a rejoint chez White & Case en 2014, et Emilie Cobigo (Master Droit des Affaires Université Lyon 3 et MS EM Lyon).

 Par Cyprien de Girval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.