WIV

Le bon vin réjouit le cœur de l’homme et fait le bonheur du groupe Boisset qui reprend la société WIV France à la barre du Tribunal. Le Tribunal de commerce de Villefranche a en effet, par jugement du 4 juin 2020, arrêté le plan de cession des actifs et activités de la société WIV leader français de la vente directe de vin au profit du géant de la viticulture, le groupe Boisset.

Forte de ses 50 années d’expérience dans la culture viticole et la vente de vin, la filiale française du groupe allemand WIV Wein International AG, dénombre 25 agences répartis sur l’ensemble du territoire français et 250 conseillers.Après une phase de restructuration réussie dans le cadre d’une procédure de sauvegarde ouverte en mai 2016 lors de laquelle la société, avec l’aide de son administrateur judiciaire l’étude AJUP (Eric-Etienne Martin), a procédé à une réduction drastique des coûts en résiliant un certain nombre de baux et en procédant au licenciement économique d’une partie des commerciaux, tout en maintenant son chiffre d’affaires, la société WIV s’est placée sous la protection du Tribunal de commerce et a sollicité l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire.

Par jugement du 6 février 2020, la Tribunal de commerce de Villefranche a ouvert une procédure de redressement judiciaire au profit de la société WIV France ayant pour principal objectif, l’apurement du passif historique de la société dont les comptes étaient proches de l’équilibre à la date d’ouverture de la procédure.

Le groupe Boisset, géant de l’exploitation viticole qui exploite près de 730 hectares de vignes en Bourgogne, Jura, Beaujolais, Vallée du Rhône et Californie et qui génère un chiffre d’affaires annuel de plus de 300 millions d’euros, s’est rapproché du groupe WIV en début de l’année 2020 en vue d’une éventuelle reprise de ses actifs et activités. C’est finalement en plein confinement que ces négociations ont aboutie et que le groupe Boisset a formulé son offre de reprise. L’ensemble des négociations entre les deux parties et avec le CSE ainsi que les audiences en cabinet du juge commissaire, se sont déroulées par visioconférence.

L’organisation de cette cession a été d’autant plus ardue que la réglementation sectorielle impose lors de la vente d’un stock de vin, la venue d’experts pour s’assurer de la qualité du produit. Les deux entreprises se sont donc armées de patience et de volonté et sont parvenues à faire intervenir leurs experts respectifs en pleine période de confinement sanitaire, pour examiner sur place la conformité du stock avec le listing transmis et goûter l’échantillonnage.

C’est donc dans ce contexte inédit, que le Tribunal de commerce de Villefranche, après avoir organisé d’une audience exceptionnelle dans le respect des mesures de distanciation sociale, a validé par jugement du 4 juin 2020, le plan de cession des actifs et activités de la société WIV au profit du groupe Boisset, lui permettant ainsi de consolider ses activités de vente de vins à domicile par l’intermédiaire de sa filiale Henri Maire.

La société WIV France a été accompagnée par son administrateur judiciaire, l’étude AJUP (Eric-Etienne Martin et Christophe Villeneuve) et son mandataire judiciaire l’étude Alliance MJ (Véronique Pey-Harvey).

Par Pauline Vigneron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.