Corhofi

Mayday est parti à la rencontre de professionnels du retournement et a décidé de vous les présenter. Plus qu’un portrait, c’est aussi un lien privilégié que Mayday noue avec eux, afin qu’ils participent à promouvoir les bonnes pratiques du retournement d’entreprises. Aujourd’hui, nous sommes heureux de vous présenter la société Corhofi qui intègre Mayday Community.

Créée à Lyon en 1987 par Thierry Pinasa, Corhofi a su se faire une place dans le paysage du retournement français en offrant des solutions de financement d’actifs à une clientèle d’entreprises traversant une crise de croissance ou des difficultés avérées.

Présente dans tous les secteurs d’activités, sous forme de location financière (location évolutive, lease-back etc.) ou de crédit-bail mobilier et/ou immobilier par l’intermédiaire sa filiale, CFS, Corhofi intervient autant pour financer de nouveaux actifs que dans le cadre d’une restructuration financière avec des opérations de lease-back, pour des tickets allant de deux milles à deux millions d’euros.

Une société familiale au plus proche de ses clients

Aujourd’hui co-dirigée avec les deux fils de Thierry Pinasa, Patrick et Franck Pinasa, l’entreprise familiale dispose d’une dizaine d’agences implantées sur l’ensemble du territoire français, ainsi qu’en Belgique et en Suisse. Avec ses 120 salariés, dont 60 consultants présents en région, Corhofi peut se targuer d’intervenir au plus proche de ses clients et partenaires.

Patrick Pinasa

Patrick Pinasa, homme de terrain, l’a bien compris « tout est une question d’homme. Si le dirigeant a les épaules solides, l’entreprise à des chances de s’en sortir » et précise « nous sommes là pour financer des entreprises exclues par le système bancaire traditionnel». C’est pourquoi les équipes de Corhofi parcourent le territoire à la rencontre des dirigeants afin de connaître au mieux leurs sociétés et leur présenter l’offre de financement la plus adéquate. « Nous sommes des artisans. Nous proposons des solutions sur-mesure pour chaque dossier » précise-t-il.

« Corhofi a réussi à appréhender la spécificité de notre activité et nous a permis de financer notre rebond « .

Si nécessaire, Corhofi n’hésite pas à s’adjoindre d’autres partenaires financiers, comme des banques spécialisées ou des fonds d’investissement, si sa solution s’avérait insuffisante pour pérenniser la situation de la société.

Les clés de la réussite ? La réactivité et la disponibilité des équipes. « La réactivité est primordiale car nous intervenons souvent dans des situations où des décisions doivent être prises rapidement » souligne Patrick Pinasa.

Pour cela, les équipes de Corhofi ont développé une méthodologie précise qui leur permet de traiter les dossiers de manière rapide afin de pouvoir débloquer les fonds en moins de 15 jours. Leur secret ? Un comité d’engagement de trois personnes seulement, une parfaite connaissance des entreprises et des ratios financiers acceptables et une équipe de professionnels disponibles.

Un financement d’actifs au service du rebond des entreprises

La signature de Corhofi est de croire au rebond de l’entreprise en lui apportant le financement dont elle a besoin pour assurer la pérennité de son activité.

Historiquement, l’entreprise lyonnaise travaillait à 98 % sur des dossiers de refinancement d’actifs des entreprises, « on transférait le risque sur des partenaires bancaires » explique Patrick Pinasa.

« Même si leurs résultats sont bons, les entreprises en plan ne parviennent pas à obtenir un financement bancaire » Pierre-François Rouhier, Mandataire Judiciaire

Après la crise de 2008, Corhofi a dû faire face à la frilosité grandissante des banques et à la perte de « la moitié de ses partenaires bancaires » se souvient le chef d’entreprise, « nous avons alors décidé de financer sur fonds propres les dossiers refusés par nos partenaires bancaires ».

Pinasa

Un constat s’est vite imposé : le système bancaire traditionnel n’était pas en mesure de répondre aux besoins de financement d’entreprises en difficulté, qu’elles soient en procédure préventive ou post procédure collective après l’arrêté d’un plan ou même en dehors de toute procédure. « Corhofi a justement su cibler ce besoin » souligne Pierre-François Rouhier, mandataire judiciaire. « Le problème des entreprises en plan, c’est que même si leurs résultats sont bons, elles ne parviennent pas à surmonter la marque au fer rouge qu’il y a dans leur dos pour obtenir un financement bancaire » constate-t-il.

« Corhofi est capable d’intervenir pour renouveler une partie de l’outil commercial de nos clients »  Thierry Crassard, directeur des crédits au CIC

« Corhofi a su développer son réseau de prescripteurs et l’étendre de plus en plus à des études d’administrateurs et de mandataires judiciaire, aux banques judiciaires ainsi qu’aux affaires spéciales des banques traditionnelles en leur démontrant la forte valeur ajoutée de son positionnement dans le secteur du retournement » précise Patrick Pinasa.

Aujourd’hui, Corhofi est un acteur à part entière du monde du restructuring et son activité est tournée à plus de 70% vers le financement d’actifs pour des entreprises dites ‘complexes’. Son spectre d’intervention est large puisqu’elle finance aussi bien des entreprises in bonis en crise de croissance, en procédure amiable, après l’adoption d’un plan de sauvegarde ou de redressement par voie de continuation, aussi bien en début qu’en milieu de plan, ainsi qu’en plan de cession.

« Un partenaire incontournable » Armelle Demette, Banque de l’Orme

Corhofi offre une respiration à des entreprises en crise passagère, leur permettant ainsi de pérenniser et de relancer leur activité. « Corhofi est capable d’intervenir pour renouveler une partie de l’outil commercial de nos clients » nous confie Thierry Crassard, directeur des crédits au CIC, « ce qui est parfois indispensable pour redresser l’activité » et constate que les demandes pour ce genre de financement « augmentent, notamment dans le cadre des plans de sauvegarde et redressement ».

Armelle Demette, chargée d’affaires à la Banque de L’Orme, agence Caisse d’Epargne Hauts de France, considère que Corhofi est un « partenaire incontournable ». Elle se souvient d’un dossier où seuls trois véhicules pouvaient être financés sur les cinq nécessaires, « Corhofi a su donner satisfaction et prendre en charge l’intégralité du besoin ».

Pinasa Corhofi

Elément confirmé par le dirigeant d’une société spécialisée dans la recherche pharmaceutique privée qui avait besoin definancer du matériel de laboratoire pour continuer son activité.« Notre société étant en plan de sauvegarde, nous ne disposions pas des outils de financement traditionnels. Corhofi a réussi à appréhender la spécificité de notre activité et nous a permis de financer notre rebond ». « Ils ne sont pas si nombreux à ma connaissance ».

Une solide connaissance des actifs financés

Si Corhofi finançait essentiellement des actifs informatiques à ses débuts, elle intervient désormais dans des secteurs d’activités variés et maîtrise tous types d’actifs. Elle offre ainsi à ses clients un large panel d’intervention en leur proposant une offre de financement couvrant aussi bien les machines industrielles, que les flottes de véhicules en passant par le matériel de précision.

« Corhofi est expert en terme d’évaluation des biens » Olivier Pronost, Directeur Général Banque Delubac

Capable de valoriser des actifs de nature très variée en tenant compte de leur cycle de vie et de leur potentielle obsolescence et d’appréhender l’actif à financer en sachant comment et à qui le revendre, Corhofi s’est imposé comme le spécialiste du financement d’actifs.

« Corhofi est expert en termes d’évaluation des biens financés et surtout en termes de revente, ce qui est indispensable pour ce type de financement », reconnaît Olivier Pronost, Directeur Général de la Banque Delubac & Cie. « Nous intervenons de manière complémentaire l’un et l’autre et Corhofi est parfaitement adapté au marché du retournement des entreprises, ce qui en fait un partenaire fiable que nous recommandons régulièrement».

Le résultat ?Sur les 3.000 dossiers annuels que Corhofi accompagne (parmi les 8.000 dossiers étudiés), 80% d’entre eux parviennent à rembourser leur financement et à pérenniser leur activité.

Par Pauline Vigneron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.