Groupe Rougier

Poitiers, le 27 février 2019 : Le Tribunal de commerce spécialisé de Poitiers a homologué hier les plans de sauvegarde et de redressement judiciaire des entités du Groupe Rougier. Au terme de cette restructuration menée en une année, le groupe spécialisé dans la production et le négoce de bois exotiques s’est recentré sur l’exploitation de forêts au Gabon et au Congo et a renforcé ses liens avec la Caisse des Dépôts et Consignations du Gabon.

Le Groupe Rougier, créé en 1923, est spécialisé dans l’exploitation de forêts en Afrique dont il extrait et transforme des bois exotiques. Coté sur Euronext Growth et présent en France, au Congo, au Cameroun, au Gabon et en République Centrafricaine, le Groupe Rougier réalisait en 2016 un chiffre d’affaires de 150 M€ et employait 3.000 salariés.

A la suite de difficultés opérationnelles persistantes, notamment liées à l’ensablement du Port de Douala (Cameroun) qui a empêché l’évacuation des marchandises, le Groupe Rougier a sollicité, le 12 mars dernier, auprès du Tribunal de commerce spécialisé de Poitiers l’ouverture d’une procédure de sauvegarde au bénéfice de Rougier SA (holding administrative et financière) et d’une procédure de redressement judiciaire au bénéfice de Rougier Afrique International (activité de commercialisation des bois produits en Afrique).

Les plans de sauvegarde et de redressement, qui ont été homologués moins d’un an après l’ouverture des procédures, organisent la cession d’une partie des activités et le financement partiel des créances bancaires en contrepartie d’un abandon du solde. Les procédures collectives ont permis de restructurer 55 M€ de dettes en France, outre le passif bancaire renégocié en Afrique. Le groupe compte désormais plus de 1.500 collaborateurs, principalement en Afrique.

Au terme de cette restructuration, le groupe s’est recentré sur l’exploitation de forêts au Gabon et au Congo et a renforcé ses liens avec la Caisse des Dépôts et Consignations du Gabon.

Le Groupe Rougier était conseillé par Mc Dermott Will & Emery, avec une équipe menée par Timothée Gagnepain, associé, et Théophile Jomier en restructuring, Bertrand Delafaye, associé, en corporate, Matthieu Adam, counsel, sur les aspects liés à l’Afrique, Antoine Vergnat, associé, et Côme de Saint-Vincent sur les aspects fiscaux et Charlotte Michellet sur les aspects regulatory. 8advisory (Xavier Bailly et Frédéric Claquin) est intervenu sur les aspects financiers. Les administrateurs judiciaires étaient la SELARL FHB (Gaël Couturier, Morgan Bayon) et la SELARL AJUP (Vincent Rousseau). Les mandataires judiciaires étaient la SELARL Actis (Stéphane Martin) et la SELARL Humeau (Thomas Humeau).

Par Cyprien de Girval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.