Accorinvest

Le secteur du tourisme et de l’hôtellerie est l’un des plus durement touchés par la crise de la Covid-19 notamment suite à la fermeture des frontières, aux confinements successifs et au couvre-feu. Contrairement aux restaurants, les hôtels ont le droit d’ouvrir mais sont en très grande difficulté. En effet, les chiffres concernant l’activité hôtelière n’ont jamais été aussi alarmants. À titre d’exemple, 60% des hôtels à Paris sont fermés selon l’Umih. Le groupe AccorInvest Group, propriétaire hôtelier, n’a pas échappé à ces difficultés. Bien qu’impacté par les conséquences de la Covid-19 sur son marché, il a négocié avec succès auprès de son pool bancaire un réaménagement de son endettement d’un montant de 4,5 milliards d’euros et a également trouvé un financement additionnel d’environ 1 milliard d’euros, sous forme de dette et de capital.

Après un projet de transformation commencé en 2013 pour développer l’activité stratégique d’HotelInvest, le pôle immobilier du groupe Accor, est devenu le Groupe AccorInvest en 2017, investisseur, propriétaire et exploitant hôtelier. Aujourd’hui, AccorInvest Group est présent dans 28 pays avec 880 hôtels managés par Accor sous des marques renommées telles que Sofitel, MGallery, Novotel, Ibis ou encore Mercure. Le groupe AccorInvest Group est le leader dans le secteur de l’hôtellerie et emploie 25.000 salariés dans le monde.

Le secteur de l’hôtellerie a été durement touché par la crise sanitaire liée à la Covid-19. Ainsi, avec plus de 4 milliards de dettes, AccorInvest Group a trouvé une voie de sortie à ses difficultés de financement à long terme.

L’accord global conclu entre le groupe AccorInvest Group et ses partenaires bancaires et AccorInvest SAS prévoit (i) un rééchelonnement de la dette existante d’AccorInvest Group et (ii) l’octroi d’un prêt garanti par l’État (PGE) d’un montant de 477 millions d’euros par les établissements du pool bancaire. Cet accord prévoit également une recapitalisation d’AccorInvest Group suivant la réalisation d’une augmentation de capital d’un montant équivalent à celui du PGE, soit 477 millions d’euros, réalisée par les actionnaires existants.

AccorInvest Group et AccorInvest SAS étaient conseillées par Hogan Lovells dont l’équipe parisienne était menée par Philippe Druon et Alexander Premont (Philippe Druon, Alexandre Heyte et Rania Kahloul en restructuring ; Alexander Premont, Cristina Marin, Isabelle Rivallin, Joseph Newton, Constance Brégé et Constance Guyot en Financement ; Jean-Marc Franceschi et Franciane Rondet en Corporate ; Xenia Legendre et Adrian Gaina en Droit Fiscal ; Katia Merlini et Elodie Cavernes en Marchés de Capitaux ; Dominique Mendy et Marion Guertault en Droit Social ; Ariane Mehrshahi, Valérie Laskowski et Agnes Merz du bureau du Luxembourg ; Matthew Cottis, Stephanie Saunders et Eleanor Griffith du bureau de Londres ; Bianca Engelmann, Clara Rego Calderón et Antonia Wolf du bureau de Francfort ; Robert Masman, Dylan Goedegebuure et Yvette Voermans du bureau d’Amsterdam ; Piotr Zawislak du bureau de Varsovie ; José Luis Vázquez, Carlos Meijide et Laura Wouters du bureau de Madrid ; Kaveeta Sandhu du bureau de Singapour sont également intervenus sur les aspects de droits locaux).

AccorInvest Group était également conseillée par le cabinet Archers Avocats (Fabrice Patrizio, Claire Gamain et Anne-Sophie Guilbauld) sur le volet restructuring et Stibbe sur les aspects de droit luxembourgeois et AccorInvest SAS par le cabinet Kellerhals Carrard sur les aspects de droit suisse.

AccorInvest Group était enfin conseillée par la banque d’affaires Rothschild & Cie (Nicolas Durand, Arnaud Joubert, David Kakon, Alaric Audard, Arnaud Heral et Nicolas Fleischmann) et par Accuracy (Rodolphe Pacciarella, Jean-Romain Gotteland, Simon Perez, Nicolas Barsalou et Nicolas Paillot de Montabert) sur les aspects financiers.

Les actionnaires d’AccorInvest Group étaient conseillés par les cabinets De Pardieu Brocas Maffei (Emmanuel Fatôme), Darrois Villey Maillot Brochier (Marcus Billam, Jean-Baptiste de Martigny et Alexandre Durand en corporate, François Kopf, Mathieu Della Vittoria et Colin Marvaud en restructuring, Martin Lebeuf et Sami Tared en financement), Allen & Overy (Frederic Jungels, Anne-Caroline Payelle et Neyla Fandi), Kirkland & Ellis LLP (Vincent Ponsonnaille, Laurent Victor-Michel et James Esterkin) et BDGS Associés (Henri Cazala et Yaëlle Cohen).

Le comité ad’hoc des prêteurs était conseillé par le cabinet Freshfields Bruckhaus Deringer (Laurent Mabilat, Stéphanie Corbière, Emma Gateaud, Gabriel Glover-Bondeau, Mathilde De Wiljes, Gabrielle Chino et Elodie Soler) et a été épaulé par Houlihan Lokey (Laurent Benshimon, Sébastien Dormeuil et Nicolas Pullman) sur les aspects financiers.

Par Caroline de Bonville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.