Paris Bedding

Par jugement du 19 mars 2020, le Tribunal de commerce de Paris a sans grande surprise, arrêté le plan de cession des actifs et activités du fabricant de matelas Paris Bedding, titulaire de la marque Dunlopillo, au profit de la société Finadorm.

Par jugement du 18 décembre 2019, la société Paris Bedding filiale à 100 % du fabricant de literie Adova (ex-Cauval) qui détient les marques Treca, Simmons, Diva et Steiner, a été placée en redressement judiciaire avec une période d’observation de trois mois expirant le 18 mars 2020. Ce même jugement a désigné l’étude Solve (Hélène Charpentier) en qualité d’administrateur judiciaire et l’étude Axyme (Didier Courtoux) en qualité de mandataire judiciaire.

La société Paris Bedding produit exclusivement la marque de matelas Dunlopillo, positionnée sur des produits de moyenne gamme à destination principale du segment de l’équipement du foyer. L’activité de la société est centrée sur ses deux sites industriels de production situés à Mantes-La-Jolie et à Limay dans les Yvelines. Au 28 février 2020, la société Paris Bedding employait 200 salariés.

La société Paris Bedding a réalisé un chiffre d’affaires de 21,84 millions d’euros au cours de l’exercice 2018.

Au 3 février 2020, date limite de dépôt des offres, Maître Hélène Charpentier ès qualités d’administrateur judiciaire a reçu trois offres de cession émanant des sociétés Bettzeit/Vita Polymères (offre conjointe), O-Nyx et Finadorm.

Le 19 mars 2020, le Tribunal de commerce de Paris a arrêté le plan de cession des actifs et activités de la société Paris Bedding au profit de société Finadorm qui proposait un prix de cession de 2,35 millions (hors stocks) et la reprise de 90 salariés sur les 200, contre 56 pour O-Nyx et 50 pour la joint-venture Bettzeit/Vita Polymeres.

Le projet de reprise soutenu par Finadorm permet d’assurer la pérennité de l’activité de Paris Bedding en maintenant la marque Dunlopillo attachée à l’exploitation industrielle. Finadorm a en effet conclu un accord préalable avec le bailleur pour le rachat des bâtiments industriels du site de Limay et s’est engagé à assurer la transition pour le site de Mantes-La-Jolie.

L’étude Solve (Hélène CharpentierFrançois Polverelli et Charlotte Fraysse) est intervenue en qualité d’administrateur judiciaire et l’étude Axyme (Didier Courtoux) en qualité de mandataire judiciaire.

La société Paris Bedding était conseillée par le département restructuring du cabinet Dentons (Audrey Molina et Gwenaëlle de Girval).

Le repreneur, la société Finadorm était conseillée le cabinet Mazars (Isabelle Richard).

Pour Les autres candidats repreneurs, la société O-Nyx était conseillée par le cabinet DS Avocats (Christian Pascoët), la société Bettzeit GmbH par le cabinet Jeantet (Robert d’Orglandes et Laetitia Ternisien) et la société Vita Polymeres par le cabinet CMS Francis Levebvre (Alexandre Bastos et Clémentine Quintard).

Par Pauline Vigneron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.