SOS Entreprise

Après avoir lancé une première mesure visant à mettre à disposition des commissaires au redressement productif (CRP) les membres volontaires de leurs associations, l’ARE et l’AJR avec le soutien des WIR, ont unis leurs forces pour lancer un site web www.sos-entreprises-coronavirus.fr, à l’attention des entrepreneurs, regroupant les principales informations destinées aux entreprises pour les aider à traverser la crise du Coronavirus. Mayday a pu échanger avec Virginie Verfaillie, Présidente de l’Association pour le Retournement des Entreprises (ARE) et avocat associé et Géraldine Astrup, Présidente de l’Association des Jeunes Professionnels du Restructuring (AJR) et avocat associé chez Astrup Avocats, l’occasion de présenter cette initiative.

Mayday : Les initiatives individuelles et collectives de soutien pour les entrepreneurs en difficulté se multiplient. Les associations des professionnels du retournement ne sont pas en reste et se sont mis à la disposition des CRP pour les accompagner pendant cette crise. Pourriez-vous revenir sur la genèse de ce site internet et son objectif ?

Virginie Verfaillie : Nous avons des associations qui s’entendent bien, on aime travailler ensemble, nos membres travaillent souvent dans les mêmes structures et entre membres des bureaux on s’entend bien. Donc on s’est dit que c’était le moment d’unir nos forces pour réaliser un projet commun. Le site web est divisé en 9 thèmes qui sont traités avec des explications didactiques et des liens vers les sites officiels et leur documentation en ligne. Les principales questions pratiques, juridiques et financières sont mises en ligne sous différentes rubriques : les charges sociales et fiscales, les financements, les clients / fournisseurs, les TPE, le social, le corporate, les juridictions, le soutien aux dirigeants, les relais en régions et liens utiles.

Géraldine Astrup : Le but était de rendre accessible et de centraliser toute cette information qui est foisonnante et un peu opaque notamment en social ou pour la partie financement. On a voulu à la fois la regrouper et l’ordonner, mais également lui donner une vision plus pratique, avec le regard du praticien, afin de proposer une « loupe » aux entrepreneurs pour qu’ils regardent tel ou tel point en particulier. Nous avons également orienté vers le numéro vert des administrateurs judiciaires et précisé les initiatives existantes dans chaque région. Nous voulions que cela soit concret et pratique pour le dirigeant.

Mayday : 9 thèmes sont abordés regroupant l’ensemble des problématiques que peut rencontrer un entrepreneur, de nombreux éclairages sont proposés, cela représente un travail très important. Un véritable tour de force en deux semaines …

GA : C’est l’implication collective qui nous a permis de réunir sur le site toutes ces informations aussi bien légales que pratiques. Nous avons ainsi regroupé une dizaine de personnes parmi nos associations, qui ont accepté de se mobiliser très facilement. Au sein de l’AJR, Marie Crumière, avocat counsel chez Bremond & Associés, Lisa Ducani et Edern Lagadec, avocats chez Racine, tout comme Maxence Boucher, avocat chez Astrup Avocats, ont été très impliqués.

VF : Au sein de l’ARE, Déborah David, avocat associé chez De Gaulle Fleurance, et le professeur Patrick Morvan (Université Paris 2) ont pris en charge toutes les 16 rubriques sociales allant du chômage partiel au télétravail, jusqu’au droit de retrait, ce qui représente un travail conséquent. Le professeur Nicolas Borga, directeur du Master ALED de l’Université Jean-Moulin Lyon 3 a joué un rôle important, tout comme Clothilde Delemazure, associée chez Grant Thornton, qui s’est donnée un mal fou et Patricia Le Marchand, avocat associée chez PLM Avocats également.

GA : Un bel élan de solidarité ! Il faut aussi souligner l’important travail de Guillaume Foucault, associé, et Simon Degas consultant chez Corpcom, qui ont pris la main sur les aspects techniques du projet et sont révélés d’excellents webmasters.

Mayday : L’actualité liée au coronavirus est foisonnante. Le gouvernement impose un rythme soutenu, vous avez pu constituer une base de données importante, mais nous pouvons imaginer qu’il va falloir mettre à jour régulièrement votre site web.

VF : Oui en effet. Tout d’abord, nous avons intégré des liens vers des sites web notamment du gouvernement, des tribunaux, du CNAJMJ, qui sont mis à jour régulièrement et ensuite nous avons constitué une task force qui va nous permettre d’animer une veille. L’ARE regroupe 250 membres et l’AJR 150. En cumulé, nous représentons 400 professionnels qui scrutent l’actualité juridique et économique liée au coronavirus. Nous sommes très nombreux et comptons sur toutes nos ressources pour mettre à jour le site « SOS Entreprise Coronavirus » régulièrement et faire vivre cette initiative.

Propos recueillis par Cyprien de Girval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.