Chips Sibell

Placée en redressement judiciaire par jugement du 27 février 2019 du Tribunal de commerce de Marseille, l’entreprise de chips Sibell, basée à Aubagne, a été reprise par le Groupe Marbour, spécialisé dans l’agroalimentaire et les activités de services à l’environnement.

Fondée en 1987 par Charles Benkemoun à La Ciotat, l’entreprise Delichips, rebaptisée Sibell en 2002, a été la première à utiliser l’huile de tournesol, des herbes de Provence, du sel de Camargue, et à travailler à l’obtention d’arômes 100% naturels pour la fabrication de ses chips.

L’entreprise, qui emploie 151 salariés et réalise 29 M€ de chiffre d’affaires, souffrait d’un déficit de rentabilité et de trésorerie depuis plusieurs années qui avait incité les actionnaires à céder leurs parts en décembre 2018. Face à la persistance des difficultés, la société a sollicité l’ouverture d’une procédure de conciliation. Sibell a ensuite été placée en redressement judiciaire et la cession des titres a finalement été annulée, puisque celle-ci aurait été basée sur des documents peu probants et au profit d’acquéreurs qui ne présentaient en réalité pas la surface financière suffisante, selon un communiqué de l’administrateur judiciaire.

Dans ce contexte, l’administrateur judiciaire, désigné avec une mission de représentation, a engagé une procédure d’extension à l’encontre de la filiale logistique Logibell et entamé un processus de réorganisation. En effet, la société n’avait plus de trésorerie, plus de stock et les relations contractuelles étaient paralysées compte tenu des retards de règlements notamment, dont certains remontaient à plus d’un an.

Une facilité de caisse garantie par une fiducie et une ligne de mobilisation du poste client à hauteur de 5M€ ont été mis en place. Concomitamment, des mesures de restructuration ont été mises en place tant au niveau commercial qu’au niveau de la production (reporting quotidien, arbitrages d’approvisionnement et de trésorerie, désignation de Mazars en qualité d’expert, réunion cadres hebdomadaires dirigé par l’AJ et le Manager de transition) et un processus de recherche de repreneur a été initié.

2 mois et demi plus tard, ce sont finalement 4 offres qui sont examinées par le Tribunal. Celle d’Altho, leader français de la chips, Arcole Industries, investisseur en retournement, qui s’est finalement retiré, le Groupe Marbour, spécialisé dans l’agroalimentaire et les activités de services à l’environnement et Orion, associé à Alhia Green pour réaliser cette opération.

Le Tribunal a finalement ordonné la cession au profit de Marbour foods, filiale du groupe Marbour qui est un groupe familial fondé en 1968. Fort d’un chiffre d’affaires de 180M€ avec 850 employés sur une dizaine de sites industriels en France métropolitaine, dans les DOM/TOM, en Italie, au Royaume-Uni et au Canada, le Groupe dispose d’une surface financière suffisamment importante pour assurer le retournement de Sibell.

Ce projet de reprise assure la reprise de 149 salariés sur 151 (seuls le DAF et le dirigeant ne sont pas repris) et le remboursement partiel du passif de Sibell.

Frédéric Avazeri, Ajilink, est intervenu en qualité d’administrateur judiciaire, aux côtés de Floréal Jonveaux, manager de transition. Mazars est intervenu sur les aspects financiers (Emmanuel Squinabol, Raphaël Berthemet, Rodolphe Reynaud, Nicolas Radas, Thibault Peyrelongue). Sibell était conseillée par Marc Bollet, Cabinet d’avocats SCP Bollet & associés et Marbour Foods par Gilles Mathieu, Avocat.

Par Cyprien de Girval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.