Christophe Thevenot, Président du Conseil National des Administrateurs Judiciaires et des Mandataires Judiciaires et Associé co-Gérant chez Thevenot Partners, interviendra au Mayday Morning du 29 novembre prochain sur le thème des leviers de la restructuration d’une entreprise en difficulté.

Portrait d’un administrateur judiciaire discret, décrit comme « un grand professionnel », « élégant », « doté d’une grande intégrité » et d’une « détermination sans faille ».

« C’est un administrateur judiciaire qui sait où il va, qui ne perd jamais l’objectif de vue et ne le rate pas. Avec lui, on n’a jamais de surprise, c’est un professionnel très solide » nous décrit Frank Gentin, ancien Président du Tribunal de commerce de Paris. « Professionnel », ce mot revient et résonne dans chacune de nos conversations. « Christophe Thevenot est ce genre de personne qui ne la ramène pas et qui fait le job » nous précise Frank Gentin.

Personnage « élégant et accrocheur » selon Thomas Andrieu, directeur des affaires civiles et du sceau au Ministère de la Justice, il est apprécié à tous les niveaux de la hiérarchie. « C’est très agréable de travailler avec lui. Il est très attaché à la défense des intérêts de sa profession, tout en gardant une conception très claire de ce qu’est l’intérêt général et des équilibres à préserver. De ce point de vue, il a l’intelligence de notre système judiciaire ».

« Christophe Thevenot est, avec ses associés et collaborateurs, comme au Tribunal : un professionnel constant, qui ne perd jamais pieds et n’est jamais pris au dépourvu » nous indique Hélène Charpentier, une de ses associés.

Travailleur assidu, lorsqu’il enlève son costume d’administrateur, c’est pour jouer de la guitare. Il a enregistré un premier album et en prépare un deuxième. « Pour ses 50 ans, il a donné un concert devant deux cents convives. Pour tout vous dire, c’est la première fois que je l’ai vu tendu » nous confie Hélène Charpentier.

Christophe Thevenot

54 ans, diplômé de l’ESC Marseille (Kedge Business School) et de la très célèbre Harvard Business School, Christophe Thevenot a également fait ses classes au sein du programme HEC Entrepreneurs où il a découvert la profession d’administrateur judiciaire. Après un travail académique sur « l’offre de reprise en redressement judiciaire », il a commencé une première collaboration auprès d’un administrateur judiciaire de Nanterre, avant de s’installer à son compte. Il s’est alors donné 6 mois pour voir … il y a 21 ans !

Appelant de ses vœux une « digitalisation de nos professions et une politique claire de la part des pouvoirs publics sur l’indépendance que l’on attend des administrateurs judiciaires », Christophe Thevenot entreprend d’accompagner la profession dans un environnement judiciaire mouvant et participe à la recherche d’une profession qui évolue, qui s’inscrit dans la modernité, sans pour autant perdre son âme, son indépendance et ce qui fait sa singularité dans le monde entier.

Au chevet des entreprises en difficulté, l’administrateur judiciaire n’exerce pas un métier facile. Nous lui avons demandé si l’administrateur devait vivre son métier à cœur ouvert ou s’il était nécessaire de garder une certaine distance avec ses administrés ? Sa réponse « Je ne dirais pas qu’il faut de la distance, plutôt un comportement professionnel, mélange d’objectivité et de responsabilité. » Comme s’il parlait de lui-même, c’est un peu tout ça qui, finalement, caractérise le mieux Christophe Thevenot !

Par Cyprien de Girval


Pour en savoir plus, rendez-vous le 29 novembre à 8h15 chez Capstan Avocats

Capstan Avocats

En partenariat avec la Banque Thémis et la société Drooms 

Banque ThémisDrooms

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.