Rallye

Par la voie d’un communiqué, le groupe Casino a annoncé il y a quelques jours un projet de renforcement de sa liquidité et de sa structure financière à travers l’extension de ses lignes et annonce par ailleurs son intention de lever des nouveaux financements, pour un montant de 1,5Md€, afin de refinancer une partie de sa dette existante.

Alors que la maison mère Rallye est en procédure de sauvegarde depuis mai dernier, le propriétaire des enseignes Leader Price, Monoprix ou encore Franpix, travaille actuellement à la mise en place d’une nouvelle ligne syndiquée de maturité octobre 2023 et d’un montant de 2 Md€. Le Groupe indique avoir déjà reçu de 14 banques françaises et internationales des engagements pour un montant supérieur à 1,6Md€, soumis à la finalisation de la documentation et aux conditions habituelles.

En parallèle, le Groupe prévoit de mettre en place de nouveaux financements pour un montant de 1,5Md€, via la souscription d’un prêt à terme et un autre instrument de dette sécurisée, tous deux de maturité janvier 2024. Le montant levé refinancera une partie de la dette existante du Groupe. Casino a notamment l’intention de lancer prochainement une offre de rachat sur les obligations de maturité 2020, 2021 et 2022.

Dans le cadre de ces opérations, le Groupe octroierait des sûretés sur ses principaux actifs :

  • les banques de la nouvelle ligne syndiquée et les investisseurs du prêt à terme bénéficieront de sûretés sur les titres des principales filiales opérationnelles en France, de Casino Finance et des holdings françaises détenant les participations du Groupe en Amérique Latine ;
  • les investisseurs de l’autre instrument de dette sécurisée bénéficieront de sûretés sur les titres d’Immobilière Groupe Casino, qui détient 1,0Md€ d’actifs immobiliers en France.

La documentation de la nouvelle ligne syndiquée, du prêt à terme et de l’autre instrument de dette sécurisée contiendront par ailleurs des clauses de covenants liées à la distribution de dividendes par Casino. Au-delà d’une enveloppe qui permettra le paiement d’un dividende ordinaire, la documentation autorisera des distributions supplémentaires si et seulement si Casino respecte un certain ratio de dette / EBITDA. Toujours d’après Casino, ce ratio sera calculé au périmètre France (incluant le E-commerce), sur une base dette brute moins produits de cession alloués au désendettement et devra être inférieur à 3.5x post paiement du dividende. Au 30 juin 2019, ce ratio était de 6.4x.

La participation des banques dans la nouvelle ligne syndiquée est conditionnée à la levée, d’ici mai 2020, d’au moins 1Md€, via les opérations de financement décrites ci-dessus et/ou via des produits liés à des cessions qui n’ont pas encore été signées.

Les deux volets de ce projet doivent permettre au Groupe d’améliorer sa liquidité et d’accroître la maturité moyenne de sa dette en France avec pour objectif d’avoir une dette nette en France à fin 2020 inférieure à 1,5Md€ et de la maintenir durablement sous ce niveau.

Si certains analystes semblent juger positivement le plan présenté, Moody’s considère notamment que le niveau d’endettement est encore trop élevé et a pour sa part dégradé la note de Casino.

Par Cyprien de Girval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.