PER

Mayday a échangé avec Anne Constant qui dirige la société PER – Préjudices & Restructuring spécialisée dans l’évaluation des préjudices des sociétés en difficulté et de l’évaluation. L’occasion de découvrir les activités de ce cabinet et de l’interroger sur son parcours.

Rompue à l’analyse financière et à l’évaluation des préjudices, Anne Constant a fait ses armes chez les grands de l’audit, Mazars et PwC. Hyperactive, elle devient en parallèle, expert comptable : « J’ai passé l’expertise comptable en candidat libre tout en travaillant 70 heures par semaine à la Défense, en étant mariée et maman » se souvient-elle.  Au début des années 2000, elle revient dans la région lilloise qu’elle avait connue à l’époque du lycée, où elle « visse sa plaque comme expert financier » et commence à réaliser des missions d’expertise judiciaire sur désignation des tribunaux et des missions d’expertises contractuelles à la demande des avocats, des administrateurs judiciaires et des sociétés. Elle est enfin membre de l’Institut Français des Praticiens des Procédures Collectives (IFPPC) et de l’association Droit et Commerce.

La finance à 360°, au service de l’évaluation de pertes d’exploitation et de la valorisation d’entreprises en difficulté

En 2018, Anne Constant endosse une nouvelle casquette tournée vers le restructuring et les entreprises en difficulté, tout en continuant son activité libérale d’expert comptable et de commissaire aux comptes. C’est forte de ses nombreux métiers et de sa compétence à 360°, de son dynamisme et de son réseau professionnel, que cette baroudeuse de la finance se lance dans l’aventure entrepreneuriale et créé la société Préjudices et Restructuring (PER), spécialisée dans les diagnostics d’entreprise et l’évaluation des préjudices.

Passionnée de sciences et de mathématiques, Anne Constant a très tôt eu cette appétence pour les chiffres. « En terminal j’ai fait le concours général en physique. J’ai toujours aimé les maths et les aspects mécaniques des choses. J’aurais aimé être ingénieur » raconte-t-elle. PER c’est le fruit muri de cet esprit d’analyse et de ce goût pour le calcul et les formules mathématiques complexes. C’est l’empreinte d’Anne Constant. D’ailleurs, « même ses bureaux en bleu et blanc lui ressemblent » souligne t-elle.

Adoptant les techniques utilisées par les cabinets d’audit internationaux et développant son savoir-faire propre, le cabinet PER intervient comme conseil à la demande du chef d’entreprise qui rencontre des difficultés économiques ou financières, qu’elle soit in bonis ou qu’elle ait sollicité l’ouverture d’une procédure préventive, mais également à la demande de l’administrateur judiciaire ou du mandataire judiciaire dans le cadre de procédure collective.

La cabinet PER offre notamment de réaliser des IBR (Independant Business Review) permettant un diagnostic complet de l’entreprise et de ses besoins de trésorerie à court et moyen terme et qui servira de socle à la négociation avec les créanciers réunis dans le cadre d’une procédure préventive. Il accompagne également la société ou les professionnels de l’insolvabilité dans la valorisation de ses actifs et dans la réalisation d’un audit d’acquisition. Le cabinet propose enfin d’analyser et d’évaluer, grâce à une grille de lecture complexe développée par Anne Constant au long de ses 30 années d’expérience dans le monde de l’audit et de la finance, les préjudices économiques et financiers subis par la société en difficulté.

Observation du passé, analyse stratégique du futur

« L’évaluation des préjudices, l’évaluation d’entreprise et la construction d’IBR demande une approche économique et ne résulte pas d’une approche automatisée » souligne Anne Constant. Utilisant des méthodes de calculs variées allant des méthodes patrimoniales, aux méthodes analogiques en passant par la capitalisation du flux normatifs et l’appréhension des flux nets de trésorerie (DCF) qui apparaît comme « la plus cohérente » selon elle, le cabinet PER s’est spécialisé dans l’analyse de la rentabilité des entreprises présente et future. « Nous utilisons des règles de statistique et les modèles de régression linéaire. Il s’agit en effet de projeter et d’actualiser à la date de valorisation de l’entreprise ou d’établissement des prévisionnels, les revenus et les flux de trésorerie des années à venir » explique Anne Constant. Pour évaluer les préjudices économiques et financier ou les coût induits «il faut calculer la perte d’exploitation subie sur une période donnée mais également la perte de chance de réaliser sa marge sur coût variable en utilisant ici encore la méthode des DCF » conclut-elle.

PER est à l’écoute des dirigeantset des parties prenantes du dossier « l’entretien initial est la phase la plus importante car c’est en écoutant et en observant que l’on peut comprendre une situation », souligne Anne Constant, « l’empathie doit être au cœur de notre activité ». C’est peut être ça la signature du cabinet PER : l’empathie au cœur de leur activité, la finance à 360° et la passion pour les mathématiques.

Par Pauline Vigneron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.