Comme cela était anticipé, la société XL Airways a été placée ce lundi en redressement judiciaire par le Tribunal de commerce de Bobigny. Les repreneurs ont jusqu’à samedi 12h pour se manifester.

XL Airways et Aigle Azur sont deux dossiers différents

Mise à part le calendrier, les dossiers XL Airways et Aigle Azur sont très différents. La compagnie XL Airways, pilotée par Laurent Magnin, était en pleine exécution de son plan. Elle venait de retrouver une rentabilité en juillet et août et bénéficiait d’une forte réservation pour les prochaines semaines.

Au micro de RTL, le PDG de la compagnie s’est évertué à rappeler qu’en 15 ans, il avait réussi à contenir sa masse salariale avec un gel des salaires pendant 8 ans, sans avoir à subir une seule minute de grève. La compagnie peut aujourd’hui se targuer d’avoir les coûts les plus faibles du marché avec French Bee et Air Caraïbes.

Par ailleurrs, contrairement à Aigle Azur, XL Airways n’a pas tenté une diversification dont on sait qu’elle peut coûter cher dans ce domaine et n’a pas ouvert de nouvelles lignes depuis 2 ans.

Le poids des charges et la pression concurrentielle

Malgré les mesures mises en place, la compagnie a continué de subir le poids des charges en France et de la taxation spécifique du transport aérien français qualifié de « hors normes » par le PDG de la compagnie au micro de RTL. Par ailleurs, comme évoqué avec le cas Thomas Cook, la multiplication des acteurs du secteur avec la présence de nombreuses compagnies de petite taille (XL Airways, Aigle Azur, Corsair, Air Caraïbes, French Bee, Air Austral, Air Tahiti Nui, ASL Airlines, etc.) ne permet plus aux acteurs d’obtenir une taille critique, essentielle pour pouvoir faire face aux charges.

Ainsi, Laurent Magnin indique au micro de RTL être « dans une situation concurrentielle insoutenable » et souligne que dans ce contexte « Les salariés ne sont pas protégés de la concurrence internationale ».

Une alliance ratée avec Air France

Face à ces défis, l’entreprise envisageait de s’allier avec Air France. Après avoir travaillé pendant un an sur ce projet, elle a subi le changement de direction d’Air France, créant d’abord de l’inertie, puis un changement d’orientation qui a empêché la mise en place de cette alliance.

Aujourd’hui, le PDG d’XL Airways affirme être à la tête d’une entreprise qui peut s’en sortir, mais qui a besoin de 35 millions d’euros pour repartir. Les repreneurs ayant jusqu’à samedi pour se manifester, une audience est prévue mercredi 2 octobre pour étudier les potentiels projets de reprise.

Le cabinet d’avocats August & Debouzy (Laurent Cotret) intervient en tant que conseil de XL Airways. Nicolas Deshayes et Lesly Miroite, Associés chez AJ Associés, ont été désignés en qualité d’administrateurs judiciaires. La SELARL BALLY M.J. a été désignée en qualité de mandataire judiciaire avec pour mission la vérification du passif et la SELARL MJA, prise en la personne d’Axel Chuine, a été désignée en qualité de mandataire judiciaire avec pour mission d’établir et gérer les créances salariales.

Par Cyprien de Girval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.