stratégie

En difficulté depuis 2016, le cabinet d’ingénierie de la construction Oger International, basé à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis (93), bénéficiait d’une procédure de sauvegarde ouverte fin septembre 2016. Le 15 février 2018, le Tribunal de commerce de Bobigny a mis fin à la procédure de sauvegarde qui gelait la dette du groupe, le temps qu’il trouve une solution.

C’est désormais chose faite avec l’arrivée d’un nouvel actionnaire le 5 mars 2018, l’homme d’affaires jordanien Ala Al Khawaja, qui a racheté 100% du capital d’Oger International et a remboursé et négocié une partie de la dette, le remboursement des 21 millions d’euros restant étant étalé sur 10 ans.

Le groupe va pouvoir s’appuyer sur sa capacité à maîtriser des projets complexes du bâtiment pour déployer sa nouvelle stratégie. Une stratégie qui ne dépendra plus à 70% d’un seul client, comme ce fut le cas avec Saudi Oger dont la défaillance fut la cause des difficultés du groupe.

Le projet consiste donc à diversifier les activités de l’entreprise sur trois régions du monde dont l’Europe avec la France qui offre de belles opportunités de développement avec le chantier du Grand Paris et les Jeux Olympiques de 2024. Le groupe prévoit également de se développer en Afrique et au Moyen-Orient. Trois pôles métiers ont été constitués : un pôle architecture-décoration, un pôle fluide-électricité et un pôle structure-infrastructure.

Par Bastien de Breuvand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.